Le mot du président

 

Chers collègues,

 

Depuis bientôt vingt ans, l’APROGET accompagne les évolutions de la géographie et du tourisme. Elle analyse les nouvelles pratiques pédagogiques et les évaluations des candidats. Depuis sa fondation, elle participe aux réformes des programmes. Ces dernières années, notre association a suivi de près les progrès du numérique et des recherches scientifiques. C’est dans cette optique que depuis 2015, l’APROGET a renforcé son engagement avec les chercheurs et les professionnels tout en menant des actions visant à améliorer l’information entre adhérents. Il s’est agi  de créer une vitrine efficace de l’association et d’accompagner les mutations de nos pratiques en prenant  en compte les nouvelles technologies du numérique comme les SIG et la géomatique. Ces quatre objectifs sont en partie atteints.

 

Nos dernières rencontres ont été marquées par les interventions de  spécialistes reconnus. En septembre dernier, Gilles Fumey et les dirigeants de la Société de géographie ont offert aux participants de l’Assemblée générale, un accueil chaleureux et instructif à la fois. Philippe Duhamel, professeur de géographie à l’ESTHUA et artisan du « passage de la géographie du tourisme à l’approche géographique du tourisme » a proposé son expertise et des pistes de travail, les fruits de ses recherches. Delphine Mabire, géographe et gérante de la société Géo Reflet à Toulouse, a présenté une forme de géographie appliquée pour le tourisme. Sa société réalise des plans et des cartes touristiques commandées par des collectivités territoriales et des entreprises privées. Enfin, Éric Landot, avocat, spécialiste de la Réforme territoriale et de la loi NOTRe, a fourni une présentation magistrale et particulièrement éclairante. Nous conserverons ces rendez-vous pour les prochaines assemblées générales. D’ici peu, des journées thématiques viendront compléter ces temps précieux de découverte et d’échange. Désormais, elles seront annoncées par le biais d’un nouvel outil de communication.

 

Vous êtes en train de consulter le nouveau site web de notre association. Ce « site vitrine » facilitera le dialogue entre adhérents, la mutualisation des travaux et des informations. Après plusieurs mois de consultation et de collaboration, je tiens à remercier et à féliciter Sylvie Sangarné, Armelle Rothier et François Saulnier. Ils ont su élaborer un cahier des charges pertinent pour que la société Stratèges (notre prestataire web) réussisse sa mission. Monsieur Gillet et ses collaborateurs ont eu la volonté de doter notre association d’un site dynamique et performant. Armelle, Sylvie et François alimentent régulièrement le site et les réseaux sociaux. Dans leur sillage, il appartient à chaque adhérent d’apporter sa pierre à l’édifice. Notre esprit associatif doit nous conduire vers la pérennisation d’un bel outil de travail collaboratif.

 

Concernant les Systèmes d’Information Géographique et la géomatique, des contacts sérieux et prometteurs avec ESRI (Environmental Systems Research Institute, une société éditrice de logiciels de systèmes d’information géographique) sont en cours. Nous avons diffusé une courte webographie sur ces questions, il y a quelques mois. En juin et en septembre prochains, nous serons en mesure de proposer des informations plus détaillées et des propositions sur le long terme. Nous pouvons imaginer que les SIG et la géomatique soient inclus dans le programme de la prochaine réforme du BTS Tourisme. Les enseignants d’histoire-géographie auront alors un rôle majeur à jouer pour former les futurs techniciens.

 

Le monde professionnel réclame des compétences dans la gestion des données et des espaces à différentes échelles. Depuis peu, en matière de tourisme, la Réforme territoriale et la loi NOTRe propulsent l’intercommunalité et les régions au premier plan. Or, les SIG et la géomatique constituent déjà, sur ces deux types de territoire, des outils incontournables pour la collecte, le traitement et la diffusion des données géographiques. Ils permettent par exemple d’inventorier les attraits touristiques, de planifier des circuits et de gérer des équipements, des infrastructures et la signalétique.

 

Une nouvelle « géographie du tourisme » est apparue. Les techniciens supérieurs doivent maîtriser ces outils. Si nous pouvons intervenir, à l’heure actuelle, dans une partie du programme de GIT, il est fort probable que nous devions, prochainement, être en mesure de répondre présents, de manière centrale et prépondérante en enseignant « l’approche géographique et numérique du tourisme ».

 

A la veille du vingtième anniversaire de l’APROGET, je vous prie de bien vouloir transmettre deux travaux au bureau : un sujet et une étude de cas, un sujet et un exercice cartographique, une étude de cas et un TD, un sujet et une progression, etc… Ils viendront enrichir nos pratiques et nos explorations. Ils soutiendront et porteront notre esprit associatif efficacement, jusqu’à la prochaine réforme. Nous devons exposer notre travail, nos propositions, notre cohésion et l’importance de notre association dans la formation des futurs techniciens de l’hôtellerie et du tourisme.

 

Quelles seront les principales étapes durant les deux prochaines années ? Nous vous attendons nombreux, à Paris, le 9 septembre prochain pour participer à l’assemblée générale qui permettra de faire un point et de préparer le 20eanniversaire de notre association. Ce dernier constituera un réel événement avec la présence des fondateurs de l’APROGET et de grands noms de la géographie du tourisme. Autre temps fort, la réalisation d’une étude portant sur la géographie et la géomatique dans le tourisme. Deux autres chantiers nous tiennent à cœur. Nous chercherons à constituer un réseau avec des enseignants de plusieurs pays comme le Canada, la Belgique, la Suisse, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et l’Angleterre. Enfin, la publication d’une revue périodique viendra renforcer notre présence et notre place au sein des établissements et de la « géographie du tourisme ».

 

Permettez-moi de conclure, en vous questionnant. Peut-être avez-vous connu les Olympiades du tourisme créées par Jacques Thierry, Inspecteur général…entre 2003 et 2005 environ. Que pensez-vous de l’organisation d’un concours de géographie du tourisme ? Vos réponses et vos suggestions nous permettront de valider ou non ce projet.

 

Avec l’espoir d’apprécier votre implication et vos satisfactions, je vous adresse toute mon amitié et mon fidèle attachement à notre belle et stimulante association.

 

Jean-Marc CAPDET